top of page

La Décision : le Hasard ou la Raison

Dernière mise à jour : 10 févr. 2021



Cher B,


J'ai étudié de manière approfondie, ta présentation sur la Décision : Le Hasard ou la Raison.


Le Hasard ou la Raison 2020
.pdf
Download PDF • 2.37MB

J'ai travaillé en 2 temps :

  • Transcrire, au fil de la lecture en 10 pages manuscrites

  • Synthétiser en un document de 2 pages ci-dessous

Sachant que mon interprétation de ta présentation est certainement tendancieuse. "Traduttore, traditore", comme disent nos amis italiens, que l'on peut traduire, au choix en :

  • Traduire, c'est trahir

  • Transcrire, c'est déformer

  • Simplifier, c'est déformer

Je m'inspire fortement de la méthode à utiliser pour réussir au bridge :

  • Acquérir des automatismes, dans des situations connues, pour prendre une décision rapide

  • Sinon, prendre son temps et savoir prendre en compte tous les indices, pouvant conduire à une décision réfléchie

C'est la base de la réflexion de Daniel Kahneman, prix Nobel d'Économie en 2002, dans son livre "Thinking fast and slow", traduit en français par "Système 1, système 2". En résumé, il s'agit de réduire le plus possible la part de hasard dans une décision. Amicalement. Raoul


 

Synthèse d’une présentation effectuée par BC (Varenne Formation)

DECISION

le Hasard ou la Raison

Auteur : Raoul SALZBERG


La décision est une nouvelle discipline, qui est surtout effective en cas d’imprévus, qui peut être traitée en 2 parties :

  • Procédures encadrant la prise de décision

  • Outils automatisés d’aide à la décision


Elle fait appel aux sciences cognitives humaines, d’une part, et à l’Intelligence Artificielle d’autre part.


Prendre une décision, c’est faire un choix le meilleur possible parmi différentes options. Cela s’oppose à la non-décision, ou le statu quo.


Différents facteurs interviennent pour une prise de décision :

  • anticipation, pour améliorer une situation existante

  • opportunité, pour tenir compte d’un événement non contraignant

  • réaction, après un événement contraignant


Différents éléments caractérisent la prise de décision :

  • Action combinée dans un but donné

  • Seul ou à plusieurs

  • Pour soi-même et/ou pour autrui, tenant comte des préférences du ou des bénéficiaires

  • Déterminer un ensemble d’options disponibles à un instant t, c’est-à-dire sélectionner un ensemble de choix possibles, avant d’en choisir un

  • Prévoir les aléas, en mesurant les probabilités d’occurrences de ces aléas

  • Identifier les conséquences et les quantifier

  • Valoriser chaque option, même si elles ne sont pas comparables

  • Trancher entre les options, selon une grille de préférences, tenant compte d’un effet de loterie (introduire la Raison dans le Hasard)


La méthodologie du processus de décision, fonction du contexte (but, occasion, situation) ést la suivante, en 7 phases :

  1. Recherche des options

  2. Identification de aléas

  3. Estimation des probabilités d’occurrence des aléas, prenant en compte les statistiques

  4. Identification des conséquences

  5. Valorisation des conséquences

  6. Valorisation des options

  7. Décision


Le ou les décideurs interviennent en phases 6 et 7.


Cette méthodologie suppose un langage commun entre les différents intervenants. Sachant que la décision finale est fortement dépendante des décisions à toutes les étapes : le dessinateur qui tient le crayon, l’informaticien qui code, le directeur financier qui oriente le choix selon les risques financiers, le directeur de production qui évoque le risque de livraison et la qualité, etc.


Un arbre de décision est construit : analyse de chaque étape, en se posant les bonnes questions et en s’assurant qu’on n’a rien oublié, explication de la décision finale.


Différents facteurs interviennent dans la décision : aversion au risque, aversion aux pertes, éthique.


Il faut insister sur l’importance essentielle de la méthode de valorisation des options.


Il s’agit ensuite d’évaluer à posteriori une décision, surtout si elle est instinctive


La dimension humaine


Les humains ont besoin d’être aimés, d’être reconnus, de ne pas montrer de failles. Ils ont des préjugés souvent irrationnels. Tous ces besoins sont pris en compte par les vendeurs pour convaincre les acheteurs (les 7 facteurs reconnus d’une discussion commerciale réussie).


Il faut tenir compte de ces besoins à toutes les étapes de la prise de décision :

  • Biais cognitifs (auto-manipulation par des préjugés)

  • Manipulations extérieures (voir ci-après)

  • Assertivité (ni passivité, ni agressivité, cercle vertueux)

  • engagements (accepter les faits extérieurs disturbants)

  • créativité

  • séquentialité de l’arbre


Quelques manipulations extérieures à connaître :

  • Le théorème des yeux de la tête . Parade : évaluation à priori.

  • Le gros Donc. Parade : ne pas se laisser enfumer par des prémisses sans rapport avec l’objet de la discussion.

  • Vous n’êtes pas sans savoir. Parade : ne pas avoir peur d’étaler son ignorance.


En résumé, décider c’est faire pousser un arbre de décision, et le résoudre.


 

Merci mille fois G, F, J-P, S, T et A.

Vos réponses m'ont fait chaud au coeur, et parfois bouleversé.

Ma réflexion, souvent iconoclaste, m'a causé beaucoup d'avanies tout au long de ma vie. Le fait d'être un rescapé de l'holocauste, est à la base de mon mode de vie et de pensée. Et je ne pardonne toujours pas au gouvernement français de l'époque, donc à la France, d'avoir livré des juifs aux barbares nazis. Ma réaction est difficilement comprise par tous les bien-pensants d'aujourd'hui.


En particulier, je suis écoeuré par l'hagiographie actuelle du général De Gaulle, qui, certes a eu quelques mérites de s'imposer comme véritable interlocuteur, comme représentant, auprès de Roosevelt et Churchill, d'une France résistante mythique minoritaire. Alors que la véritable résistance n'était pas française, et l'a payé de son sang au prix fort. Et cette volonté qu' a eu ensuite De Gaulle de vouloir effacer à tout prix le fait de cette non-France résistante, est scandaleuse; et c'est ce que je lui reproche le plus.


La France majoritaire qui l'a applaudi en août 1944 sur les Champs-Elysées, était en grande partie la même que celle qui applaudissait Pétain début 1944. Celle qui a laissé faire la rafle du Vel d'Hiv, sans réagir.


L'Histoire de toute cette période est à réécrire.


Je vous souhaite à tous une bonne et heureuse année 2021, et la fin de la pandémie.


Raoul


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page