top of page

La social-démocratie


Cher X.

,

J'apprécie ta réponse lucide et pertinente.


Si je condamne sans appel le goulag, qu'il soit stalinien ou maoïste, si je condamne le sectarisme trotskyste, je constate aussi l'échec de la social-démocratie, toujours à la remorque de l'évènement, et surtout incapable de conjurer la menace fasciste.


Je te rappelle que je suis un rescapé de l'Holocauste, ce qui a façonné ma pensée politique.


Je partage avec toi la nécessité de défendre avec intransigeance la démocratie, et tout ce qui la menace. Et ce n'est pas avec des bons sentiments et des bonnes paroles que l'on vaincra le fascisme, qui est la seule véritable menace aujourd'hui.


Trotsky était un intellectuel bourgeois, qui s'est rallié à Lénine, face à la coalition du monde capitaliste contre la jeune démocratie soviétique, laquelle avait remplacé un tsarisme obsolète et mortifère. L'Okhrana, la police tsariste, n'avait rien à envier aux SS de Hitler et au KGB de Staline.


Cette démocratie soviétique a ensuite sombré dans la dictature et le goulag stalinien. On ne refait pas l'Histoire, pour savoir ce qui serait advenu si Trotsky avait pris le pouvoir à la place de Staline.


Quel combat mener aujourd'hui dans un monde, certes chamboulé par la crise sanitaire, mais surtout par une résurgence mortifère du fascisme ?


L'impérialisme Américain, qui a soutenu toutes les dictatures depuis la fin de la seconde guerre mondiale (Pinochet, Mobutu, Sadate, Saddam Hussein, Ben Laden, Colombie, Philippines, Apartheid en Afrique du Sud, Indonésie..) a favorisé, en réaction, des dictatures se réclamant du communisme (Chine, Corée, Vietnam, Cuba, Venezuela ...) ou de la religion (Iran, Afghanistan ...) et engagé de nombreux conflits dont on voit le résultat aujourd'hui dans un Moyen--Orient en situation catastrophique.


Pour juger la situation désastreuse de l'Économie mondiale aujourd'hui, il faut identifier les responsables, dont le principal est l'impérialisme américain.


Si la situation française est encore plutôt meilleure qu'ailleurs (libertés démocratiques, avantages sociaux, bonnes activités culturelles, hôpital public encore efficace malgré  des coupes sombres dans son budget), l'avenir est plutôt sombre avec la menace fasciste à l'horizon proche, dont la remise en cause du droit du sol.


La social-démocratie, contrairement à ce que tu penses, n'a pas favorisé la démocratie et les avantages sociaux. Elle a surfé sur des rapports de force sociaux, dont elle n'était pas maîtresse, ce qui s'appelle la lutte de classe. Elle a accompagné l'interventionnisme américain en Irak (Oscar du meilleur second rôle à Mitterrand). Bilan peu glorieux. Si elle est discréditée aujourd'hui, ce qui te fait fulminer, c'est bien que son message politique est devenu inaudible, en particulier en tirant le bilan des années Hollande, laissant la place à un Macron éphémère, sorte d'ovni sans avenir.


Je te garde donc toute mon amitié.


Raoul

4 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page