top of page

Pascal Boniface

Dernière mise à jour : 10 févr. 2021




Chère Madame, Je viens de lire le livre de Pascal Boniface : "Est-il permis de critiquer Israël ?" paru chez Robert Laffont en 2003, que j'ai par hasard acheté dans une brocante. Cela m'a remémoré une rencontre avec cet auteur en décembre 2005 au Cercle National des Armées, en présence de l'ambassadeur d'Israël en France, lors d'un colloque co-organisé par Serge Rechter, président de Géo-Stratégies 2000 et Pacal Boniface, président de l'Iris. J'y étais invité en tant qu"adhérent de Géo-Stratégies 200, et aussi comme président de l'Association de Parents d'élèves (FCPE) du lycée Charlemagne à Paris. J'avais, à cette occasion, interpellé l'ambassadeur d'Israël sur la question d'un Etat laïc en Israël comme solution au conflit avec les palestiniens. J'ajoutais que j'étais juif, rescapé de l'Holocauste. J'invoquais aussi pour cela le centenaire des lois laiques en France de décembre 1905. J'ai été applaudi par les 200 participants à cette conférence. L'ambassadeur, furieux, m'avait traité de négationniste, ce que Serge Rechter, en tant que président de séance, avait vertement réprimandé. Peu après, Pacal Boniface organisait un autre colloque sur le même thème avec des intervenants dont Elisabeth Chemla. Je lui ai proposé d'intervenir, ce qu'il a refusé ! Le colloque s'est déroulé devant une assistance réduite, dans une ambiance soporifique, seulement égayé par un intervant qui a demandé innocemment : "Où il est le 2ème Etat ? Il s'agit en réalité de bantoustans entourés de miradors." En septembre 2015, j'ai assisté à l'inauguration du Mémorial du camp de Rivesaltes, en tant qu'ancien interné de ce camp. Ce Mémorial est consacré à entretenir la mémoire des internés de ce camp comme indésirables : les républicains espagnols, les juifs, les tziganes et les hairkis. Un de nos voisins invités dans la salle de réunion tempétait car il souhaitait que soient aussi commémorés les soldats allemands internés dans ce camp à la fin de la guerre en 1945-1946, qui y avaient été traités de manière inhumaine, et dont 463 y sont décédés en peu de temps (malnutrition, dysenterie, accidents de déminages, exactions etc...). Ma femme et moi avons pris fait et cause pour ce petit-fils de soldat allemand décédé, historien et habitant Munich. J'ai interpellé Manuel Valls qui présidait cette commémoration, sur ce sujet, qui m'a répondu de manière évasive. Un article est paru dans la presse locale. Ayant gardé le contact avec cet allemand, dénommé Hans-Peter Eisenbach, j'ai écrit aux services du Premier Ministre, à la Région, à la Mairie de Rivesaltes et au Mémorial. Seule, la Région m'a répondu et renvoyé sur Serge Klarsfeld, président de l'association des Fils et Filles de Juifs Déportés de France. Celui-ci, après que je l'ai contacté, s'est saisi de cette affaire, a fait son enquête, a pris contact avec l'ambassadeur d'Allemagne, avec le Ministère allemand de la Défense à Berlin, avec la Croix Rouge à Genève et lesavec les Mairies avoisinantesde Rivesaltes (Pyrénées Orientales). C'est comme cela qu'il a recensé 463 décès de soldats allemands pendant la période 1945-1946, et q'il a écrit un livre en cours de publication à ce sujet. J'ai été aussi en contact avec Denis Peschansky et Carine Klein, en tant que rescapé du camp de Rivesaltes, qui ont enregistré mon témoignage, résulatnt en fait d'une interview de ma mère par Steven Spielberg. Car j'avais 9 mois au moment des faits. Cela s'est mal passé avec Denis Peschansky, Directeur Scientifique du Mémorial du camp de Rivesaltes, du fait de mon opposition à une solution à 2 états en Israël, en faveur d'un seul Etat laïc. Car, sur ce sujet, je suis beaucoup plus intransigeant que Pascal Boniface, dont la position, telle qu'elle ressort de son livre, est modérée et équilibrée; ce qui ne l'a pas empêché de subir une volée de bois vert de certaines organisations juives de France et d'ailleurs. J'aurais encore beaucoup de choses à raconter à ce sujet, et je souhaiterais rencontrer Pascal Boniface pour en discuter plus longuement. Sincèrement vôtre. Raoul SALZBERG

Juif rescapé du camp de Rivesaltes


Photo par Phil Goodwin sur Unsplash

12 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page