top of page

Rivesaltes

Dernière mise à jour : 9 févr. 2021




Paris, le 7 décembre 2017 Mes chéries, Pour information, vous trouverez ci-après copie du mail que j'ai envoyé à JH, à propos du projet de 5ème stèle au camp de Rivesaltes, en l'honneur des soldats allemands martyrisés par les français revanchards à la fin de la guerre 1939-1945 :

Paris, le 7 décembre 2017 Cher Monsieur, J'ai eu votre adresse mail par Beate Klarsfeld. Je lui demandais, ainsi qu'à son mari Serge Klarsfeld, où en était l'état d'avancement des travaux pour l'édification d'une stèle dans le camp de Rivesaltes, en l'honneur des soldats allemands martyrisés dans ce camp en 1945-1946. Je fais partie de ceux qui ont été à l’initiative de cette idée de stèle pour les soldats allemands morts en 1945-1946 dans le camp de Rivesaltes, avec Hans-Peter Eisenbach, historien allemand habitant Munich, dont le grand-père faisait partie des soldats allemans décédés.. En effet, j'avais rencontré Hans-Peter Eisenbach, lors de l'inauguration du Mémorial de Rivesaltes en septembre 2013. Il était assis à côté de ma femme et moi, dans la salle de réception des survivants et descendants de ce camp. Ce Mémorial a été édifié pour entretenir la mémoire de l'internement dans ce camp de différentes populations persécutées, au nombre de 4 : républicains espagnols, tziganes, juifs et harkis. Hans-Peter Eisenbach s'indignait que rien ne soit mentionné, dans ce mémorial, du sort des soldats allemands qui y avaient étés internés. J'étais invité en tant que survivant de ce camp, interné pendant 9 semaines avec mes parents fin 1942, alors que je suis né le 10 février 1942 à Marseille de parents juifs autrichiens réfugiés en France. Nous avons eu la chance de ne pas avoir été appelés pour monter dans l'un des 6 convois qui sont partis de Rivesaltes vers les camps de la mort. 1750 prisonniers du camp ne sont pas revenus. Hans Peter Eisenbach y était invité en tant que petit-fils d'un soldat allemand décédé dans ce camp. Ayant pris fait et cause pour cette demande de Hans Peter Eisenbach, j' ai interpellé à ce sujet Manuel Valls, Premier Ministre français, qui présidait cette inauguration, qul m'a répondu de manière évasive. A la suite de cette inauguration, j'ai écrit aux services du Premier Ministre, à la direction du Mémorial, à la présidence de Région, à la Mairie et à la Présidence du canton. Seule, la Présidence de Région m'a répondu, m'indiquant que je devais m'adresser à Serge Klarsfeld, en me donnant ses coordonnées. J'ai donc pris contact avec Serge Klarsfeld, en lui exposant ma demande. Il a tout de suite approuvé cette demande de commémoration des soldats allemands internés dans le camp de Rivesaltes en 1945-1946. Comme il sait si bien le faire, il a entrepris des investigations auprès des mairies avoisinantes, pour connaître l'identité des soldats allemands morts dans le camp de Rivesaltes à la fin de la guerre 1939-1945. Et il a publié une liste de 463 noms, en attendant de poursuivre ces investigations au delà du périmètre proche du camp de Rivesaltes. Par exemple, le grand-père de Hans-Peter Eisenbach est décédé à l'hôpital de Carcassonne et ne fait pas partie des 463 noms publiés par Serge Klarsfeld. Notre demande s'est donc formalisée sous la forme d'une 5ème stèle, à ériger à côté des 4 autres, en l'honneur des soldats allemands internés et martyrisés dans le camp de Rivesaltes, par des français, qui se sont vengés sur ces soldats allemands sans défense. Le terrain sur lequel ont été érigées les 4 stèles, est propriété d'une association co-dirigée par Serge Klarsfeld, qui ne demande pas mieux que ce terrain soit incorporé au Mémorial de Rivesaltes. L'ambassadeur d'Allemagne et le Ministère de la Défense Allemand, ainsi que les autorités françaises, ont été informés de cette initiative, par Serge Klarsfeld. Je pense que tout le monde est d'accord pour cette 5ème stèle. Vous ayant ainsi informé, je souhaite avoir de vos nouvelles rapidement. Sincèrement vôtre. Raoul Salzberg, juif rescapé du camp de Rivesaltes Je vous envoie aussi, en pièce jointe, un article que j'ai écrit sur le Brexit, qui va être publié dans une revue de sociologie. Hans-Peter Eisenbach m'a déjà répondu avec mille remerciements. J'attends la réponse de Serge et Beate Klarsfeld. Je suis membre, ainsi que Chantal, de son association FFJDF (Fils et Filles de Juifs Déportés de France). Bisous.

Papa

4 vues0 commentaire

Коментарі


Post: Blog2_Post
bottom of page